La ligne Besançon – Amathay – Pontarlier

Gare de Pontarlier CFD

Septembre 1948 : la modernisation votée en 1946 par le Conseil Général se poursuit. Devant le dépôt des machines, l'autorail Brissonneau-et-Lotz n° 42, et sur la voie de droite, une 040T Corpet-Louvet (cliché J. Chapuis, coll. F.A.C.S.).

Au moment du passage du photographe, en septembre 1948, les autorails De Dion-Bouton règnent encore en maître sur le réseau. On peut ici admirer une belle collection de remorques légères, et au fond 4 exemplaires dans le dépôt (cliché J. Chapuis, coll. F.A.C.S.).

Vers 1949, des autorails disparates attendent l'heure du service en gare. De gauche à droite : Brissonneau-et-Lotz n° 44, Laborie AP 4, remorque Brissonneau-et-Lotz R 9 et De Dion-Bouton reconstruite R 8 (cliché J. Monternier, coll. Rochaix).

Le 27 août 1950, seuls les autorails Brissonneau-et-Lotz sont visibles en gare. Le n° 44 est en train de sortir du dépôt, afin d'assurer un service sur Malbuisson (cliché P. Laurent).

27 août 1950 : vue du dépôt des machines. À gauche, on aperçoit un locotracteur C.F.D., et on vient de sortir la 040T Corpet-Louvet n° 21 de la remise (cliché P. Laurent).

Clap de fin en ce 16 septembre 1952 : l'équipe chargée de la découpe du matériel est en gare. Un autocar flambant neuf de la Régie se montre à cette occasion (cliché Boilloz, coll. Musée du Tacot).

Été 1953 : vue de la gare, à une époque où le service ferroviaire disparaît. Une partie des voies a été enterrée, afin de permettre aux cars de se garer dans l'ancien dépôt des machines (cliché W. Boegli, coll. Rochaix).

© Élie MANDRILLON 2016 – 2018