Les autorails des C.F.D.

Les autorails dans le Doubs : une grande diversité

Le département du Doubs, sans être un précurseur en la matière, fut néanmoins parmi les premiers à s'intéresser à la question des autorails. Cet attrait précoce, dès 1922, traduisait la nécessité économique de réduire les coûts de traction sur ses V.F.I.L.

D'abord timide, cette modernisation des moyens de traction prit son essor avec l'arrivée des exemplaires de la marque de Dion-Bouton, en 1929. Ils permirent d'améliorer la fréquence des dessertes sur les lignes, tout en améliorant l'image des C.F.I.L. aux yeux du public.

La tentative ratée d'emploi des autorails Laborie au milieu des années 1930 pénalisa la poursuite de la modernisation des lignes. On prolongea donc la durée de vie des exemplaires déjà en service jusqu'au deuxième conflit mondial.

Ce ne fut qu'en 1947 que le Conseil Général vota un nouveau budget, afin de moderniser une nouvelle fois les moyens de traction. On employa alors du matériel moderne d'occasion, en provenance de l'Anjou. Les résultats ne furent pas à la hauteur des attentes, ce qui entraîna la mise sur route des lignes de 1950 à 1952.

© Élie MANDRILLON 2016 – 2018