Les autorails des C.F.D.

Autorails Brissonneau-et-Lotz

Juillet–août 1934 : livraison au réseau de la S.E. Anjou des autorails n° 31 à 35, équipés de moteurs Berliet ;

12 février 1939 : à la suite d'un accident, décision de transformer le n° 32 en remorque ;

1947–1948 : fin de service dans l'Anjou ;

22 août 1947 : vente des quatre autorails et de la remorque au département du Doubs pour 6 500 000 F ;

1947–1948 : mise en service dans le Doubs, avec les n° 41 à 43 pour les autorails, et R 9 pour la remorque ;

printemps 1949 : envoi du n° 42 sur la ligne Morteau – Trévillers, où il prend le n° B 42 ;

août 1949 : mise en service du dernier exemplaire équipé d'un moteur Willème, avec le n° 44 ;

octobre 1950 : fin de service pour le n° 44 ;

1er août 1951 : fin de service des n° 41, 43, et de la remorque R 9 sur les C.F.D. ;

août 1951 : envoi du n° 43 sur la ligne Morteau – Trévillers ;

1er avril 1952 : fin de service du B 42 et du n° 43.

Été 1934 : photo constructeur du n° 33 à Angers. Il est encore équipé de ses bogies O.C.E.M., qui seront abandonnés au profit du modèle Brill en 1935 (coll. Mandrillon).

Au début de l'année 1951, croisement du n° 41 avec le Berliet B 4 en gare d'Amancey (cliché Bidoli).

Été 1949 : le n° 42 est prêt au départ en gare de Morteau. Il vient d'être muté de Pontarlier, et porte encore le marquage de ce dépôt (cliché J. Monternier, coll. Rochaix).

En 1952, après la fermeture de la ligne, vue du B 42 à l'abandon dans les emprises de la gare de Morteau. Outre la numérotation avec un B propre à cette ligne, on peut remarquer les fenêtres bricolées (cliché C. Lornet, coll. Musée du Tacot).

Été 1951, pause photo pour le n° 43 en gare de Bians-Sombacour (cliché Boilloz, coll. Musée du Tacot).

À la fin de l'hiver 1951–1952, vue du n° 43 garé au dépôt de Morteau, entre deux De Dion-Bouton (cliché W. Boegli, coll. Rochaix).

Juillet 1949 : l'exemplaire n° 44 vient de sortir de révision, où il a été équipé d'un moteur Willème. On le voit ici garé sur les voies de débord de la gare de Pontarlier (cliché C. Schnabel, coll. Mandrillon).

27 août 1950 : le n° est prêt à de Malbuisson, avec la remorque R 9. Il était le seul exemplaire apte à la tracter. Un passage en peinture a déjà eu lieu (cliché P. Laurent).

Été 1953 : vue du n° 44 à l'abandon en gare de Pontarlier, bogie moteur démonté (cliché W. Boegli, coll. Rochaix).

Juillet 1949, en gare de Malbuisson, un train du dimanche est prêt à partir sur Pontarlier. On peut admirer en queue de celui-ci la remorque R 9, ancien autorail n° 32 de l'Anjou (cliché C. Schnabel, coll. Mandrillon).

© Élie MANDRILLON 2016 – 2018