Les autorails des C.F.D.

Autorail Renault type KA

10 juin 1922 : commande d'un autorail de type KA pour 59 000 F ;

3 novembre 1922 : livraison à Besançon, prend la référence CFD 1 ;

10 février 1932 : accord pour l'équipement avec un moteur Diesel Panhard, coût 35 000 F ;

19 juillet 1932 : réception de l'autorail, qui devient AM 1 ;

1934–1935 : abandon du moteur Diesel, au profit d'un moteur à essence ;

1939–1940 : fin de service.

Voyage de réception de l'autorail KA le 24 novembre 1922, arrêt en gare d'Épeugney (coll. Renault).

Au cours des années 1920, un train spécial avec le CFD 1 vient d'arriver à Besançon-Rivotte (coll. Musée du Tacot).

19 juillet 1932 : présentation officielle de l'AM 1 à Pontarlier. Probablement pour des raisons d'odeur, le moteur est en saillie vers l'avant, et n'est plus intégré à la carrosserie (cliché Stainacre, coll. Musée du Tacot).

Autorail Renault type NF

19 avril 1924 : commande d'un autorail de type NF pour 76 500 F ;

25 juillet 1925 : livraison à Pontarlier, prend la référence PM 1 ;

24 décembre 1932 : accord pour modification avec un moteur essence Panhard ;

19 avril 1936 : réception de l'autorail PM n° 1, devenu AM 2, associé à une remorque RM 2 ;

1940–1942 : fin de service pour l'AM 2, la remorque RM 2 continue à être utilisée en tant que R 8.

Vue du PM 1 dans les ateliers Renault (coll. Renault).

Le PM 1 à Pontarlier, probablement au cours de l'hiver 1925–1926. Il tracte un fourgon-poste (coll. Thiriat).

Cliché officiel de la rame AM 2-RM 2 pris à Besançon-Rivotte en 1936. La remorque RM 2 avait été constituée sur la base d'un châssis de Dion-Bouton (cliché Stainacre, coll. Musée du Tacot).

© Élie MANDRILLON 2016 – 2018