La ligne Pontarlier - Mouthe - Foncine-le-Haut

Ville de Pontarlier

Au tout début du XXe siècle, vue du palais de justice et de l'octroi. La voie doit le contourner, ce qui conduit à la présence de courbes et contre-courbes serrées. Sur la gauche, on distingue le bâtiment de la compagnie P.M. (coll. Nicolas).

Toujours dans la première décennie du XXe siècle, un train pour Mouthe vient de partir à toute vapeur. Il ne faut pas laisser le linge aux fenêtres ! (coll. Thiriat)

Au cours des années 1930, la neige est encore bien présente en ville (cliché Gigandet, coll. Boissier).

À la fin des années 1930, vue du bâtiment de la compagnie de C.F.D. Il a été agrandi, et des panacartes pour les touristes sont présentes, avec les destinations proposées (coll. Cuynet).

Juillet 1949 : l'autorail De Dion-Bouton AM 33 est prêt pour assurer un service vers Malbuisson. On peut admirer le monogramme de la compagnie de C.F.D. sur la porte (cliché C. Schnabel, coll. Mandrillon).

Le 29 août 1950, passage de l'autorail Brissonneau-et-Lotz n° 44 avec une remorque De Dion-Bouton, en provenance de Malbuisson. La disparition de l'octroi a permis de rescinder la voie devant le palais de justice (cliché P. Laurent).

À la fin du mois d'août 1950, passage de l'autorail Brissonneau-et-Lotz n° 43 dans le ville (cliché P. Laurent.

© Élie MANDRILLON 2016 – 2018